Gathering a new generation of entrepreneurs with the 4th Edition of Startupweekend Paris Madagascar 2018

Startupweekend Paris : Madagascar Edition 2018

Startup Weekend Paris Madagascar Edition

The next edition of Startupweekend Paris Madagascar Edition will take place October 12th-14th at Sensepace, Paris. This edition, like all the four previous edition is organised by volunteers from Juniors Pour Madagascar (JPM) and from the Malagasy diaspora. Juniors Pour Madagascar is an non-profit association that aims at fostering the emergence of a new generation of entrepreneurs FOR MADAGASCAR. This is done through the organization of conferences, workshops, hackathons, meetups, forums such as ZAMA, and also through recruitement of Malagasy Talents : https://www.juniors-pour-madagascar.com/recrutement/.No automatic alt text available.

The Venue : Sensespace

The choice of the venue was not trivial since Sensespace is a workspace, event and experimental platform located in the middle of Paris (Bastille) dedicated to social innovation. Senspace have coworking space that hosts about 20 positive impact startups and MakeSense, a worldwide community composed of passionate social entrepreneurs. This sounded like a perfect place for organizing the Startupweekend Paris Madagascar Edition and bring a huge social impact to develop Madagascar.

Image may contain: 4 people, people smiling, people sitting

“Passion, listening, humility, hard work, relaxed state of mind, the new generation of entrepreneurs for Madagascar, it’s YOU!”

Supporting startups for Madagascar : Support

This event would not be done without the support of all these companies that foster Madagascar economic growth and development :

Preparing the event

Image may contain: 6 people, people smiling, text

“After 20 seconds of pitching, if I don’t understand your idea and you business, you already have lost me” Startupweekend mentor

Before the event, 3 workshops were organized by various speakers :

  • The Business Model Canvas : a workshop that helps non business to familiarize with the structuration of their business model.
  • The pitch workshop : a training session that helps the future participants and others to present in public. Since 1minute is very short, the pitchers learn to synthesize and focus on the essential.
  • The bootcamp : An occasion to presents the structuration of the startupweekend and some of the mentors.

A call for all the Malagasy diaspora and all entrepreneurs, for Madagascar

SWPM is open to all kind of participants, from any profile, Malagasy or not, the only rule is to develop a project that is tied to Madagascar, the business might be not located in Madagascar but it must be related to Madagascar and aims at developing Madagascar.

Startupweekend Paris Madagascar gave birth to projects like KaraKory (ephemeral e-commerce), Sayna (developer training), Lamako (Cultural Game), Mahazava (Solar kit), Sam’salama (micro-insurance),  Digigasy (Tech Media) and more …Editions in Madagascar also gave birth to project such as Hamac (advertising), Paika (Event), Miarina (recycling), Seeds LearnShare (personnal growth) …

Today this event wants to raise all the Malagasy diaspora around the world, especially in Northern America (Canada, US..) and in Asia (China, India ..). From this new generation, driven by startup mindset and looking for their own way, they want to be proud of Madagascar. It also call all the entrepreneurs from all around the world that want to highlight Madagascar and launch a business that aims at developing the country. The fifth edtion of Startup Weekend Paris Madagascar in 2019 might be GLOBAL.

 

Let’s meet at #SWPM2018

Startup ….. weeekend !!!!

Friday, October 12 – 14, 2018 
Event starts at 6:30 pm 
SenseSpace
11 Rue Biscornet 
Paris, France 75012

Appendix : birth of a series of startupweekends

3rd Edition of Startupweekend Paris Madagascar in 2017: Organized at Sensespace, an open-space dedicated to social innovation.

Video Credit : Laurent Qy

2nd Edition of Startupweekend Paris Madagascar in 2016 : Organized at Ecole 42 a revolutionnary coding school that uses peer-to-peer learning to train developers.

Video credit : Ecole 42

1st Edition of Startupweekend Paris Madagascar in 2015 : Organized at AFCEPF a school dedicated to professional reconversion in IT

Video Credit : Faby

 








Being a woman has never kept me from advancing in my career or from aspiring to hold positions of responsibility

Anne Bertrand, Director of Human Resources, DIAC (French subsidiary of RCI Bank and Services) (Credits: Laurent Qy)

RCI Bank and Services offers financial solutions to facilitate Alliance customers’ access to automobility. By taking into account each brand’s specific character and anticipating customers’ new needs and uses, RCI Bank and Services supports the brands’ commercial policies for attracting new customers and securing their loyalty.

After finishing my studies at Sciences Po Paris, I began my career by joining DIAC, the French subsidiary of RCI Bank and Services. I worked in several positions in the field, leading teams in the distribution networks in the retail and fleet markets, and then became a key account manager in France and Europe. These jobs gave me the chance to discover a wide range of professions in the RCI Bank and Services group: sales, marketing, project management, and even internal communications. In 2003, my career took a new turn when I joined the Human Resources Department of RCI Bank and Services. There I dealt with skills coordination at the international level, as well as training and management policy. Since 2013, I have been human resources director of DIAC, which has 1,000 employees. Being a woman has never kept me from advancing in my career or from aspiring to hold positions of responsibility.

“Today DIAC sets a good example in the Group, as 55% of the company’s 120 managers are women. It’s something to be really proud of!”

In its 20172022 strategic plan, RCI Bank and Services has set an objective of employing women in 25% of the key posts in the company.

In France, we have concluded an agreement on gender equality in the workplace. Its impact has grown with its progressive application. Women make up 60% of our personnel in France. Although the automotive sector is not noted for gender diversity, DIAC sets a good example in the Group, as 55% of the company’s 120 managers are women. It’s something to be really proud of! 

More than 40% of our regional directors are women. These results have been achieved in a fairly natural way thanks to a policy of detecting talented people, relying on internal promotion, and supporting job mobility. There is still progress to be made, but the results are encouraging.

Along the same lines, RCI Bank and Services is supporting initiatives to boost women’s entrepreneurship. In 2017, we sponsored StartHer, a community that encourages tech entrepreneurship among women and that aims to promote a more inclusive tech sector.

RCI Bank and Services is one of the main partners of the Global Startup Weekend Women (GSWW). This initiative showcases 2,000 up-and-coming women entrepreneurs in 23 cities created no less than 200 projects. No less than 200 projects have been created. Five people from DIAC have agreed to contribute their experience and leadership skills to the event by participating as mentors. It is a very rich and rewarding experience that they will be able to share later in our company and, who knows, perhaps inject a startup spirit into our DNA!

#GSWW #JoinTheWave








Startup Weekend IoT – Theme come in Paris 2018 with ODI

La technologie délaisse petit à petit l’univers du web 2.0 dixit social media pour accueillir le web 3.0, le monde des objets connectés. Ils font partie intégrante de notre quotidien, de la voiture à la brosse à dent, nous les retrouvons partout.

Mais, qu’est-ce que l’IoT ? l’IoT ou internet des objets représente l’univers où les objets évoluent en ayant la possibilité d’acquérir des données, de communiquer avec d’autres objets ou les êtres humains. Alors, quelle différence peut-on faire avec un gadget ?

Un objet connecté se définit essentiellement par sa capacité à produire de façon autonome de la donnée et son utilité. De nombreuses avancées technologiques sont à notifier dans les domaines de la santé, l’éducation et la mobilité. La santé est aujourd’hui au cœur de nos préoccupations, et ça on le voit avec les GAFAM (GOOGLE – APPLE – FACEBOOK – AMAZON – MICROSOFT) qui sont à la pointe dans ces domaines notamment grâce aux neurosciences.

La mobilité, l’homme n’a jamais été aussi mobile qu’aujourd’hui. La mobilité ne concernera plus la terre dans quelques années, le champ des possibles s’étend jusqu’aux autres planète.

Comme disais un grand scientifique autrefois : « La seule fonction de l’éducation est d’ouvrir la voie à la réflexion et à la connaissance, et l’école, en tant qu’organe remarquable de l’éducation populaire, doit servir exclusivement cette fin. » On aura 50 à 80 milliards d’objets connectés en 2020 soit 6 objets par individu en moyenne, une réflexion s’impose, des communautés émergent mais n’ont pas encore de poids suffisant pour faire face à ces nouvelles technologies. C’est dans ce sens que l’association ODI veut rassembler et fédérer les communautés passionnées par l’IoT, que ce soient des développeurs, des designers, des makers …

C’est aussi pour rassembler la communauté IoT que le Startup Weekend Paris objets connectés s’organise autour de ces thématiques chez CRITEO le 16,17,18 Février prochain.

Si vous aussi vous souhaitez développer les objets de demain, n’hésitez plus !

Inscrivez-vous !

A très bientôt








Foire aux questions

Vous êtes nombreux à nous poser des questions sur le Startup Weekend Paris édition Madagascar ? Voici quelques éléments de réponses.

Quel intérêt de venir présenter mon idée ? J’y gagne quoi ? À quoi puis-je m’attendre ?

L’intérêt pour un porteur de projet de participer au Startup Weekend Paris édition Madagascar se situe à plusieurs niveaux :

  • Networking : développer son réseau, rencontrer et se faire connaître des professionnels et investisseurs de l’écosystème entrepreneurial au niveau Afrique et Madagascar
  • Accélération du projet : s’entourer de talents qui vous aideront, pendant le weekend, et pourquoi pas, après, à développer votre projet
  • Test et maturation du concept : rien de pire que le porteur d’idée qui refuse de parler de son concept par peur de se faire doubler : en ne parlant pas de son idée, il s’enferme dans sa vision, perd rapidement tout pragmatisme et se prive de tout retour susceptible de l’aider à ajuster son concept pour mieux répondre aux besoins et attentes du marché. Une idée, pour être murie, doit être testée et ajustée jusqu’à trouver le bon mix. La crainte se faire voler son idée parce qu’on en aura parlé en public relève davantage du fantasme du jeune entrepreneur que d’une réalité économique.
  • La dotation : nous avons mis sur pied un ensemble de services offerts par nos partenaires au projet qui se démarquera des précédentes éditions, destinés à aider le porteur à continuer son aventure dans de bonnes conditions : un accès direct à l’oral de sélection de l’incubateur Bond’Innov,Les lauréats bénéficieront, en sus, d’un package complet pour leur permettre d’avancer dans le lancement de leur aventure entrepreneuriale : un accès direct à l’oral de la sélection pour l’intégration de l’incubateur Bond’innov, mais également un accès à leur espace de co-working et masterclass, un accompagnement personnalisé d’une valeur de 1.500€ par Miarakap, un nouveau fonds d’investissements à impact dédié aux PME malgaches, sans oublier le développement d’une web app par Wedev Group. D’autres lots pourront également venir s’ajouter à cette liste.

Comment se passe la présentation du projet ?

Vous êtes porteur d’idée ? Alors vous la présenterez le vendredi soir, lors du Pitch Fire : vous disposerez d’une minute pour exposer votre projet aux autres participants. Soyez convainquant ! L’enjeu est de donner envie aux participants de retenir votre projet, et de rejoindre votre équipe pour vous aider durant tout le weekend.

Vous n’aurez pas de présentation PPT, juste vos talents d’orateur, pour donner envie aux participants de soutenir votre projet, et de rejoindre votre équipe. En seulement une minute, vous n’aurez pas le temps d’entrer dans les détails, vous aurez juste le temps d’expliquer votre idée et votre vision dans les grandes lignes. Préparez vous à l’avance, travaillez votre speech et entraînez vous à rendre votre enthousiasme contagieux !

Voici quelques suggestions sur comment devrait être conçu votre pitch

  • Qui vous êtes et quel est votre background (5 à 10 secondes)
    Ex: “Bonjour, je suis Tiana, et je suis chef de projet
  • Quel est le problème ou la frustration que vous avez identifié (10 à 20 secondes; vous pouvez le raconter dans une petite histoire)
    Ex: “Vous n’avez jamais remarqué que…”
  • Expliquez comment votre idée répond à ce problème / frustration (10 à 20 secondes)
  • De qui vous avez besoin dans votre team (un développeur ? Un graphiste ? Un pro du marketing ? Un stratège du business ? (5 à 10 secondes)
  • Pour finir, donner un nom de code pour votre projet (provisoire si besoin est) pour que les organisateurs puissent s’y référer

Votes & constitution des équipes

Après les pitchs, vous aurez davantage de temps pour rencontrer les autres participants et discuter avec eux. C’est le moment d’aller vers les autres participants pour répondre à leurs questions, et peut être, leur donner envie de rejoindre votre équipe.

Par la suite, les participants votent pour leur pitchs préférés (on le fait dans cet ordre pour que les équipes se forment rapidement sinon ça durerait des heures !).

Les participants vont choisir leurs projets préférés. Ce vote de sélection n’est en aucun cas contraignant : si votre projet n’est pas retenu, libre à vous de travailler dessus si vous parvenez malgré tout à trouver des volontaires pour rejoindre votre équipe.

Les équipes vont se constituer très spontanément et en fonction des envies de chacun, et voila ! Le Startup Weekend Paris édition Madagascar peut commencer !

Quel type de projet peuvent être présentés lors du Pitch Fire au Startup Weekend Paris édition Madagascar ?

Tout projet, pour peu qu’il soit innovant et qu’il ait un lien avec Madagascar, a sa place dans ce Startup Weekend.

Lors des précédentes éditions, on a vu des projets de plateforme collaborative qui facilite les envois et réceptions de colis vers ou depuis Madagascar, des projets de production de sac de papier à base de paille de riz etc. Ce qui fait la différence, c’est le caractère innovant de votre concept, et le sérieux du business plan que vous développerez durant le weekend.

Évidement, il est préférable que votre projet soit réellement innovant et qu’il présente un potentiel certain de monétisation et de rentabilité.

J’ai déjà un projet, puis-je venir le présenter ?

Si votre projet est encore dans une phase précoce de son développement, avec grand plaisir : SWPM propose aux porteurs de projet de se faire connaître et de s’entourer de professionnels spécialistes de Madagascar pour les aider à accélérer leur développement.

Que puis-je essayer de faire pendant le weekend sur mon projet ?

Principalement, le weekend va vous permettre de tester votre idée, de l’améliorer en tenant compte des feedbacks des gens autour de vous, pour proposer une première version de votre business model (= comment je compte m’y prendre pour gagner de l’argent avec mon idée).

Plusieurs choses à essayer de faire pendant le weekend :

  • Tester votre concept auprès des participants
  • Réfléchir à l’identité et au marketing de votre startup / produit (logo, positionnement, état d’esprit, cible, …)
  • Identifier les étapes clés du lancement de votre offre et les manières dont vous y parvenez… et essayer d’en faire le plus possible
  • Puis essayer de projeter les étapes clés et le coût du développement de votre offre, une fois lancée

Certains parviennent à présenter une version fonctionnelle de leur produit (site internet, application mobile), mais ce n’est en aucun cas une obligation. Ce qui compte, c’est de montrer au jury que vous avez réfléchi à votre offre, à la forme qu’elle prendrait, à votre business model (= comment je gagne de l’argent) ; à votre lancement et à votre développement.

Cerise sur le gâteau, si vous pouvez montrer des visuels (montages ou schémas, voire, un prototype) de votre produit, évidemment ça aide à être plus convainquant ; de même, si au moment de passer devant le jury vous pouvez montrer que vous avez déjà des utilisateurs OU des feedbacks positifs OU déjà gagné de l’argent, vous prenez un avantage évident sur des projets moins aboutis.

J’ai participé aux Startup Weekend Madagascar 2016 et 2015, puis-je venir pour présenter mon projet ?

… Et bien oui ! Après tout vous payez votre place. Mais ne venez pas juste faire de la représentation avec un produit déjà terminé : ce serait extrêmement mal perçu (cf question ci-dessus). Si vous enchainez plusieurs Startup Weekend, vous devez respecter la formule et venir pour travailler et faire des rencontres, pas juste faire parler de vous.

J’aurais bien une idée, mais j’ai peur d’être trop vieux / trop jeune / pas assez expérimenté

Qu’à cela ne tienne ! Si vous avez une idée, vous pouvez la présenter le vendredi soir pendant le Pitch Fire, quel que soit votre âge, votre background et votre niveau d’expérience.

Si votre projet est retenu après le Pitch Fire, vous pourrez constituer une équipe (ou plutôt, une équipe se formera assez spontanément et par affinités autour de vous), pour avancer sur votre projet pendant le weekend.

N’ayez pas de complexes ! N’importe qui, pour peu qu’il ait envie d’avancer sur son idée, peut la présenter.

 

Si mon idée n’est pas retenue le vendredi soir, je serai très déçu. Pourrai-je me faire rembourser ?

Navré, mais non. A vous d’être convainquant ! Startup Weekend Madagascar challenge vos talents de pitcheur, à vous de vous préparer et d’être fin prêt pour être bon le vendredi soir.
Ceci dit, même si votre idée n’est pas retenue par les participants le vendredi soir, si vous parvenez à trouver des volontaires pour rejoindre votre équipe, libre à vous de travailler dessus et de présenter le résultat le dimanche soir ! On ne va pas vous interdire de travailler sur votre idée, ça serait un comble 🙂

Qu’attend-on de nous pour la présentation du dimanche soir ?

Le dimanche soir, les équipes vont présenter leur projet aux participants, mais surtout, aux membres du jury, qui devront ensuite délibérer pour désigner le projet « vainqueur » du Startup Weekend.

Ce que vous devrez essayer de présenter au jury, en quelques mots :

  • Votre concept / business model : qu’est-ce que vous vendez, à qui et comment ? A quels besoins répond-il ?
  • Comment vous prévoyez votre lancement : comment vous allez faire, en termes de planning et de ressources (humaines & financières) pour lancer votre v1 et gagner vos premiers euros
  • Comment vous envisagez votre développement après le lancement : comment vous allez atteindre plus de gens et gagner plus d’argent ?

Bien que les membres de notre jury aient des expériences, des parcours et des sensibilités différentes, ils vous évalueront tous fatalement sur :

  • Le pragmatisme du projet : pas de promesses irréalistes, pas de projections de croissance fantaisistes
  • Son potentiel : le projet présente-t-il un intérêt réel et un potentiel réel ? Un projet peut avoir un avenir financier incertain, mais si son concept est fort, les membres du jury, professionnels du digital et de l’entreprise, sauront le déceler
  • Le leadership du porteur : la qualité de votre présentation et le charisme qu’ils trouvent au porteur, qualités très importantes pour un projet
  • L’ampleur et la qualité du travail accomplis durant le weekend : une équipe qui avance vite et fait du bon boulot, c’est de bon augure pour un projet. Vous parviendrez à avancer vite et bien en vous entourant des bonnes personnes, en manageant correctement votre projet et grâce aux conseils de nos coachs, présents pour vous aider à vous poser les bonnes questions au bon moment

Si je gagne, que se passe-t-il pour mon projet ?

Que de bonnes choses !
Si le jury désigne votre projet comme le plus convainquant, vous remportez la dotation constituée par les organisateurs auprès des sponsors et partenaires (cf ci-dessus).

Vous serez également sous le feu des projecteurs, et pas mal de gens parleront de vous, de votre projet et de votre équipe sur le web.

Ensuite, ce sera à vous de poursuivre l’aventure : Startup Weekend n’est qu’un tremplin; à vous de négocier votre trajectoire une fois votre envol pris !

Si je perds, que se passe-t-il pour mon projet ?

Aucun problème ! Ce n’est pas parce que le jury a désigné un autre projet comme le lauréat, que le vôtre n’a aucun avenir. Ce qui va faire la différence, c’est la force de votre vision, votre persévérance et votre capacité à avancer dans le développement de votre business model. Vous devrez sans doute continuer de faire parler de votre projet, de recruter vos premiers utilisateurs, de récolter leurs feedbacks et de sortir de nouvelles versions régulièrement.

Startup Weekend est un accélérateur, surtout pas un couperet qui a droit de vie ou de mort sur les projets apportés par les participants : à vous de concrétiser votre Startup ! Et puis, si vous avez été malin, vous aurez profité du Startup Weekend Paris édition Madagascar pour rencontrer plein de gens qui pourront vous aider à continuer 😉

Après le Startup Weekend, que devient mon équipe ?

Elle devient ce que vous (et eux) voulez !
Si vos équipiers d’un weekend veulent vous laisser poursuivre l’aventure seul, ainsi soit-il.
Si vous voulez continuer tous ensemble, profitez de cette aubaine pour continuer à avancer !
Et si vous voulez vous séparer d’une personne en particulier, et bien… prenez vos responsabilités de leader et dites le lui avec franchise, respect et courtoisie : c’est aussi ça être entrepreneur.

J’ai déjà une équipe, peut-on venir tous ensemble ?

Oui bien sûr 🙂 N’oubliez cependant pas que l’un des intérêts du Startup Weekend est d’échanger et de se mélanger avec les autres participants. Si vous comptez vous enfermer avec votre équipe dans une salle de travail pendant tout le weekend sans parler aux autres, vous allez sans doute louper pas mal de trucs.

J’ai une super idée, mais j’ai peur d’en parler (j’ai peur de me faire voler l’idée ou de me faire devancer)

Une crainte récurrente chez les jeunes entrepreneurs. Vous avez davantage intérêt à parler de votre idée autour de vous – à des personnes bien choisies évidemment – que de rester tout seul dans votre coin à bosser sur une idée que vous n’avez jamais confrontée à d’autres points de vue que le vôtre.

Comment puis-je me préparer pour assurer la réussite de mon projet au Startup Weekend Paris édition Madagascar ?

Très bonne question !

  • Entraînez-vous pour le pitch fire ! Etre efficace et convainquant en une minute ne s’improvise pas.
  • Réfléchissez à vos objectifs pour le weekend, soyez réaliste, vous n’aurez pas le temps de tout faire, alors autant vous focaliser sur les taches les plus faisables et importantes.
  • Commencez à réfléchir à comment vous aller travailler avec votre équipe ; à comment vous allez leur expliquer votre idée, etc.
  • Familiarisez-vous avec les méthodologies de gestion de projet agiles, de lancement de produit, de customer development ( = comment je parviens à adapter et murir mon offre progressivement pour parfaitement répondre aux besoins réels). Plus vous serez lucide et pragmatique, plus vous serez efficace sur le weekend.

Réfléchissez à votre projet bien avant le Startup Weekend. Essayer d’entrevoir différents business models possible : qui seraient vos utilisateurs ? Par quel moyen gagneriez vous de l’argent ? Sur quel support serait distribué votre offre ? Quelle stratégie d’acquisition d’utilisateurs ? Pourquoi vos utilisateurs auraient-ils une irrépressible envie d’utiliser votre produit ?

Pendant le weekend, vous allez devoir piloter votre équipe, tout en restant extrêmement ouvert aux idées qui seront émises par vos coéquipiers, mais aussi par les coachs. Il se peut que votre idée prenne des virages à angles droits plusieurs fois pendant le weekend : faites preuve d’ouverture d’esprit et de flexibilité. Votre idée, au fur et à mesure qu’elle gagnera en maturité, changera souvent de forme.

L’enjeu étant d’être le plus percutant et le plus convainquant possible le dimanche soir, commencez dès que possible à travailler sur votre présentation finale. Vous aurez 10 minutes pour présenter votre projet au jury, et ce jury sera composé d’entrepreneurs et d’investisseurs, qui ont une réelle expérience de l’entrepreneuriat. Vous devrez être bon communiquant et expliquer le potentiel de votre Startup. On vous demandera de présenter votre business model (à qui vous vous adressez et comment vous gagnez de l’argent), et votre business plan (comment vous voyez le développement de votre activité à 3, 6, 12, 18 mois, etc). Vous devrez en même temps séduire le jury avec votre vision : faites preuve d’empathie, travaillez votre storytelling, entraînez-vous à donner envie aux gens de vivre votre aventure. Systématiquement, le projet qui remporte le startup weekend présente un potentiel certain, mais est surtout présenté par un bon communiquant.

Si vous avez d’autres question, posez-les nous sur notre page Facebook.

 








Sébastien Durand

Il ne va pas les juger, ni les coacher, mais les inspirer. Sébastien Durand intervient en tant que speaker lors du Startup Weekend Change Makers. L’occasion pour le CEO et co-fondateur de Bengs et du Bengs Lab (un laboratoire d’open innovation) de donner un coup de fouet aux participants dès le samedi matin et de présenter la méthode qu’il a créé avec Centrale-Supélec : RID4business, “une méthode de challenge de concept permettant de sécuriser chaque étape early stage du lancement d’une start up.” RDV à 10 heures pour mieux comprendre.

Son job depuis deux ans : “faire vivre au comité exécutif du CAC 40 l’expérience start-up pour réinventer leur futur” et créer la rencontre start-up et grands groupes “pour inventer de nouveaux business models”. Bref, il y a tout à faire.

Article powered by Happy Project








Jérôme Fenyo

Il a été “plongé dans la potion informatique vers 11”. Aujourd’hui, Jérôme Fenyo est toujours un mordu de Tech “aux super pouvoirs” et a même transmis sa passion à ses enfants : “Je suis papa d’un geek de 13 ans, d’une blogueuse de 11 ans, et d’une chipie de même pas 3 ans dont l’avenir digital est certain mais pas encore tout à fait clair…”, nous confie-t-il avec amusement.

Jérôme Fenyo développe aujourd’hui en France “les offres Digital Customer Experience et Innovation pour Capgemini“, l’une des meilleures entreprises mondiales dédiées aux services du numérique.

Jérôme Fenyo sera l’une des personnes à convaincre dimanche pour espérer remporter les prix du Startup Weekend Change Makers. Ce qu’il souhaite apporter le temps de ses échanges avec les participants ? “Un feedback franc et honnête sur les projets qui vont émerger de ce week-end, et mon expérience pour faire briller encore plus ces pépites !”

Quel est ton plus grand succès ?

Question difficile… Mais j’ai été marqué par un moment important où au tout début de ma carrière, où ce sont les utilisateurs d’une solution que j’avais développée qui l’ont présentée eux-mêmes avec fierté à leur direction, ce qui était la plus belle preuve de succès, et ce qui m’a permis de ne jamais oublier qui était le véritable juge de paix !

Ton conseil à quelqu’un qui veut changer le monde de demain ?

Cette citation de Mark Twain, lue et relue, qui ne cesse pourtant de m’inspirer : “Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’on fait.”

Un défi que tu aimerais voir relevé pendant le Startup Weekend ChangeMakers ?

Créer un moment unique qui fait que dans quelques semaines, quelques mois ou quelques années, peu importe, on sera fier de dire : « J’y étais ! ».

Un slogan ou à mantra à se répéter pour tenir le coup pendant les 54 heures du Startup Weekend ?

Le même que celui que je me répète dans ce genre de situation : « les autres sont au moins aussi fatigués que moi ! »

Article powered by Happy Project








Bastien Botella

Bastien Botella a un parcours tarabiscoté. Avant de co-fonder cette année sa start-up – Clevy.io, “une plateforme de création de chatbots pour l’isage interne des entreprises”, Bastien a travaillé en tant que directeur de bar en Angleterre puis d’hôtel dans le Sud de la France. Il plaque tout pour revenir sur le banc d’une école un peu particulière : l’École 42, à Paris et devient par la suite COO “d’une start-up en pleine croissance”.

Durant le Startup Weekend ChangeMakers, Bastien interviendra en tant que coach auprès des participants. L’occasion pour lui “d’apporter ses compétences sur la tech, la pertinence du produit et l’adéquation avec sa cible, mais aussi partager son mix d’expérience unique à la croisée de l’intelligence artificielle et des ressources humaines !”. Un beau programme.

Quel est ton plus grand succès ?

Ma reconversion dans la tech après deux premières carrières, sans le bac !

Ton conseil à quelqu’un qui veut changer le monde de demain ?

Se donner les moyens de ses ambitions

Un défi que tu aimerais voir relevé pendant le Startup Weekend ChangeMakers ?

Pitcher avec une VRAIE démo (qui fonctionne)

Un slogan ou un mantra à répéter ?

“Ce qui te manque, cherche-le dans ce que tu as.” – Koan Zen

Article powered by Happy Project








Mélissa Petit

Après avoir organisé le StartupWeekend Silver Economy – Intergénérations, Mélissa Petit est de retour en tant que mentor sur le StartupWeekend ChangeMakers. L’occasion pour cette docteure en sociologie et fondatrice du bureau d’étude Mixing Générations de transmettre sa vision humaniste de la société comme de l’entrepreneuriat.

Quel est ton plus grand succès ?

Je trouve cette question particulièrement difficile, car je pense que mon plus grand succès est probablement à venir. Cependant j’ai parlé à un ami de cette question et il m’a répondu que ce succès c’était d’avoir pris en compte les besoins de ma maman (âgée de 73 ans aujourd’hui), de la faire expérimenter toutes sortes d’activités et de l’intégrer dans mon monde.

De cette anecdote, je pense que mon plus grand succès, c’est ce que je suis et ce que je deviens. Et cela, je le dois à des femmes (ma mère et ma grand mère, en particulier), qui m’ont appris le respect, qui ont su que l’éducation c’était la source de tout et que l’effort est nécessaire dans toutes activités. Ce qui est le plus beau, c’est que ce sont des modèles féminins de force du quotidien sans que jamais elles ne l’aient perçu. D’une certaine manière, le changement du monde c’est aussi prendre conscience de la valeur des gens qui nous entoure et de leur rendre hommage.

Ton conseil à quelqu’un qui veut changer le monde de demain ?

J’encourage toutes les personnes qui se reconnaissent dans l’envie de participer au changement du monde, de ne pas se laisser abattre par les crises médiatiques et politiques, mais à se lever chaque matin avec l’énergie d’un combattant. Je leur souhaite de reprendre confiance en notre citoyenneté, de croire en leurs idées et d’exacerber leurs potentiels.

Cependant, nous ne sommes pas tous égaux, et ceux qui changent le monde ont aussi le rôle de le rendre plus équitable et d’accompagner ceux qui veulent, peu importe la catégorie socioprofessionnelle, le territoire, l’âge, le genre, etc. de se lier et de s’allier pour innover non pas entre soi, mais entre tous.

Un défi que tu aimerais voir relever pendant le Startup Weekend Change Makers ?

J’aimerais que deux défis soient relevés pendant le SW Change Makers. Le premier ce serait la prise de conscience que l’on est tous humain et que l’on fait parti d’une planète. Cette planète est en train de s’éteindre, et c’est à nous de l’éveiller. Il est important de s’intéresser à nos territoires et d’être vigilent à notre environnement. Après cette hyper mondialisation, il y a un retour au local et les changements bien souvent peuvent commencer à cette échelle avant de s’étendre.

Le deuxième défi serait en lien avec l’éducation. Mon intérêt premier passe par la culture multigénérationnelle et aussi par le sujet des “seniors”. Dans ce monde de demain, nous ne pourrons pas vivre ensemble si nous ne prenons pas en compte tous les âges globalement. Pour cela, l’éducation peut permettre d’atténuer certaines discriminations en faisant par exemple venir des retraités dans des classes, en créant des rencontres entre les retraités et les enfants d’une ville ou en trouvant des actions qui permettra l’enrichissement des uns et des autres et aussi de changer de regard sur les âges.

Un slogan ou un mantra à répéter ?

“Le succès ne se mesure pas à la quantité d’argent que vous gagnez mais à l’impact que vous avez sur la vie des gens.” Michelle Obama

“Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves.” Eleanor Roosevelt

Article powered by Happy Project








Mohamed Khouitir

Mohamed Khouitir est, comme il le dit lui-même, un “ESS natif”, soit un entrepreneur de l’Economie Sociale et Solidaire capable d’officier aussi bien en tant que coach, consultant et mentor. Cela tombe bien, parce que c’est la posture que Mohamed va adopter durant le StartupWeekend ChangeMakers. “Avec près de 12 ans d’expérience en tant que chef d’entreprise, j’ai pour objectif aujourd’hui de démocratiser la connaissance, les outils techniques et le développement personnel pour permettre à chacun de trouver de nouvelles ressources pour atteindre leur propre objectif.” Les participants de l’événement seront entre d’excellentes mains.

Quel est ton plus grand succès ?

D’aider des entrepreneurs, des créateurs des dirigeants à transformer leur avidité économique en bénéfices impactant et inclusives pour tous.

Ton conseil à quelqu’un qui veut changer le monde ?

Il faut commencer par s’accepter soit même. Sortir de sa zone de confort pour aller chercher de nouvelles ressources pour être acteur au quotidien du changement en prenant le risque que les autres nous voient comme nous sommes.

Un défi que tu aimerais voir relevé pendant le Startup Weekend ChangeMakers ?

Nelson Mandela a dit : « je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends ».
Le défi de ce week-end est que tous nous fonctionnions tous ensemble avec cet état d’esprit.

Un slogan ou à mantra à se répéter pour tenir le coup pendant les 54 heures du Startup Weekend ?

Un échec, c’est une opportunité.

“La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer.” Antoine de Saint-Exupéry.








Elodie Hughes

C’est l’une des jurés qu’il va falloir convaincre au terme du StartupWeekend ChangeMakers ! Elodie Hughes, 37 ans, se présente d’emblée comme une “entrepreneure et maman d’une tribu de 3 et bientôt 4 crapules”. Elle a fondé et dirige une agence de communication digitale pendant 15 ans et elle est aujourd’hui CEO de The TimeFunding Group. On a eu un peu de mal à se capter pour cette interview mais, normal, Elodie a été pas mal occupée ces derniers jours : “Nous partons à San Francisco pour suivre le programme d’accélération de The Refiners”, explique-t-elle avant d’ajouter qu’en tant que membre du jury, Elodie pourra apporter ses “expertises en communication, en webmarketing” mais aussi faire partager sa “passion et mon expérience de l’entrepreneuriat”. Une jurée en or.

Quel est ton plus grand succès ?

Mon départ pour San Francisco moins d’un an après le lancement de ma start-up.

Ton conseil à quelqu’un qui veut changer le monde ?

De n’écouter que son instinct !

Un défi que tu aimerais voir relevé pendant le Startup Weekend ChangeMakers ?

Pivoter au dernier moment -:) et assurer le pitch comme si de rien n’était.

Un slogan ou à mantra à se répéter pour tenir le coup pendant les 54 heures du Startup Weekend ?

L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie.

Article powered by Happy Project