#SWDub Mentors Share Their Failure Stories

This is was not on the agenda but our ever dynamic team lead, Tracy Keogh, quickly put together a line-up of mentors to share their failure stories with #SWDub participants.

Perhaps inspired by a previous event – StartupWake (formerly known as Flounders), the #SWDub saw 5 now-successful entrepreneurs share their failure stories and here are the punchlines from each:

 

1. Actively try to succeed instead of actively trying not to fail – Alia Lamaadar, Tapir.me

6837531949_8ac2afa6ef_b

 

2. Obey your gut feeling and avoid easy money – Luca Boschin, Logo Grab

2195688460_0c1666439b_b

 

3. Avoid bluffing your way into leaving the table empty handed – Jason Hassett, We Develop

15117727625_2fb171efab_b

 

4. Don’t be fooled by results from test environments – Jason Ruane, Cirkit.io

2663560592_dbf17a33ac_b

 

5. Giving away equity for quick wins is a very bad idea – Nubi Kay, Travel Bay

2296420446_87a9d6442d_o

 
That said, don’t be afraid to fail, embrace it but hate it enough to want to succeed.

Have any failure lessons you’d like to share or anything to add to this, go ahead and add it in the comment box.








Parole de coach : Olivier Murat

Le tour d’horizon des coachs continue. Pour toutes vos questions communication, votre interlocuteur sera Olivier Murat. Qui est-il ?

yD_yHRDk

Qui es-tu ?

Actuellement Social Media Manager interne/Externe pour le compte du Groupe Poult, je suis tombé comme Obélix très tôt dans la marmite du digital et du numérique. Early adopter, je teste quotidiennement beaucoup de solution et actuellement je me passionne pour le marketing prédictif.

En terme d’expertise digitale, je suis plutôt porté sur les mécanismes d’engagement communautaire et les aspects digitaux de la relation client.

Pourquoi avoir accepté d’être coach au SWTO et quel va être ton rôle ?

Tout simple parce que le SWTO est un formidable rendez-vous et l’occasion sur un week-en de rencontrer des passionnés souhaitant créer ou participer à une aventure startup.

Mon rôle va être assez simple : aider et accompagner ceux qui le souhaitent sur les questions digitales (communication, présence digital, identifier les bons relais digitaux, création de communauté, etc…).

Pour toi, c’est quoi entreprendre ?

Entreprendre c’est être capable de vivre sa passion au quotidien en sachant prendre des risques, en acceptant parfois l’échec et en sachant rebondir, garder un esprit “d’aventure” et une mentalité d’explorateur. Entreprendre c’est aussi un peu participer à la construction du monde de demain et l’occasion de devenir acteur de son propre destin.

Des conseils à donner aux participants ?

Au final des conseils assez simples : être collaboratif dans le groupe, ne pas tuer les idées d’entrée, garder un esprit d’ouverture, expérimenter rapidement, tester, se tromper, corriger, apprendre, être agile en somme.

Et surtout prendre du plaisir durant tout ce week-end.

Quelle start-up aurais-tu voulu créer ?

Beaucoup trop. Mais actuellement, si je devais choisir, je dirais “Slack”.

Une citation pour illustrer ta vision de l’entreprenariat ?

“A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire”.

As-tu un mentor ? Et qui est-il ?

Je n’ai pas vraiment de mentor. Actuellement, je dirais que j’aime beaucoup l’approche et la philosophie de Elon Musk.








Parole de coach : David Morel

Il fait partie de l’équipe d’organisation, mais prends du temps le samedi après-midi pour coacher sur l’aspect juridique, voici David Morel.

david-morel-300x300

Qui es-tu ?

Je suis avocat depuis 2007 et associé du cabinet LOYVE AVOCATS dans lequel j’ai fait mes premières armes.

Je suis auparavant passé par les services juridiques d’Astrium et d’Airbus.

J’interviens auprès des porteurs de projets et des entreprises à fort potentiel dans les domaines du droit des sociétés, des contrats et de la propriété intellectuelle.

Notre démarche consiste à comprend au mieux l’activité et le modèle économique des entreprises que nous accompagnions afin de leur donner un conseil pertinent et adapté.

Pourquoi avoir accepté d’être coach au SWTO et quel va être ton rôle ?

Je suis coach au Startup Weekend de Toulouse depuis la première édition organisée par Willy Braun.

Petit à petit je me suis impliqué dans l’organisation de l’évènement et j’en suis maintenant un des co-organisateurs.

Pourtant je souhaite garder mon rôle de coach que j’affectionne particulièrement. L’idée n’est pas de faire un cours de droit mais de sensibiliser les participants aux problématiques juridiques sans un faire un obstacle mais plutôt en présentant les contraintes réglementaires et les solutions qui s’offrent.

La plupart du temps c’est simplement rappeler les règles de base mais certains projets posent de vrai questions juridiques auxquelles il n’est pas toujours aisé de répondre.

Le droit ce n’est pas que des contraintes mais c’est aussi des opportunités et il faut savoir en tenir compte dans sa réflexion.

Pour toi, c’est quoi entreprendre ?

Entreprendre c’est essayer de concrétiser une idée, c’est faire des choix, c’est prendre des risques. Mais je crois qu’avant tout c’est d’accepter l’échec.

Des conseils à donner aux participants ?

Si le classement peut paraître primordial pour la visibilité que cela peut apporter, le plus important c’est l’aventure humaine.

Il faut donc savoir profiter du moment et s’enrichir de ce que les autres participants apportent et apprendre dans des domaines qui nous sont inconnus. Mon conseil : travaillez et défendez votre projet.

Et quel que soit votre classement, il n’y a rien à perdre et simplement tout à gagner.

Quelle start-up aurais-tu voulu créer ?

Je pourrais donner Apple, Microsoft, Google, Yahoo, Free mais je pense au début de l’aviation où les mecs étaient souvent pilotes, ingénieurs, constructeurs d’avions et entrepreneurs comme les frères Wright ou Louis Blériot. Pour être plus actuel, je citerai SpaceX.

Une citation pour illustrer ta vision de l’entreprenariat ?

Pour citer Yoda : “Do or do not, there is no try”

As-tu un mentor ? Et qui est-il ?

Non je n’ai aucun mentor en particulier. J’essaie de rester ouvert et curieux et d’apprendre des gens que je croise.