Celebrating the 10th Startup Weekend at Réunion, France

Everything went great for the 10th edition of Techstars Startup Weekend Réunion! We welcomed 120 highly motivated participants with some very inspirational projects! 47 ideas were pitched with, as usual, a huge variety of projects – from renewable energy, special pastries, food apps to a new generation of coffins! 12 projects were selected and pitched to our jury. Needless to say, they had a tough time selecting the winners.

Our first Techstars Startup Weekend took place in 2011 in St Denis, the capital of Réunion Island. Right from the off, we built a long term partnership with a local incubator which strongly promoted us, both through their media and notoriety and through financial support. We found 10 coaches who really added value to the first projects. Then we had the chance to quickly welcome successful entrepreneurs who built nice and visible startups. Thus media were attracted, together with new sponsors, including telcos, bank and local authorities. Techstars Startup Weekend events quickly became the flagship event for ‘to be’ startups in Reunion.

We also got early support from the Techstars Startup Weekend team who initially came to help us organise our first events, so it was an instant success. Now, Techstars Startup Weekend is well renowned in Réunion. Our participants get a lot of traction after the event. Students and participants mention it in their resumes and it gives them a very nice story to tell!

We always have amazing sponsors who strongly promote the event, insightful coaches, prestigious jury involving known individuals here in Réunion, we also have good prizes, we fight to get fresh news from our success stories’ startups to keep ‘light’ on them.

One advise: do what you can to have one or two success stories as quickly as possible and media, sponsors and participants will flow. This is a virtuous circle which starts with a reliable sponsor + a quick win ie a successful startup with high visibility.

We are organising two events per year which is already quite a lot of work… and fun of course! Still we have short-term plans to launch a third Techstars Startup Weekend per year, focusing on a particular vertical, probably centring around culture (art, music etc) or social impact. Thanks to everyone who has made the 10th edition of Techstars Startup Weekend Réunion possible! Check out the recap video here.

If you want to organize a Techstars Startup Program, contact us through help@techstars.com








Making a Zero Waste economy possible at Techstars Startup Weekend Paris

Zero Waste is a philosophy that encourages the redesign of resource life cycles so that all products are reused. The goal is for no trash to be sent to landfills or incinerators.

We got the chance to talk to the team behind Techstars Startup Weekend Paris, about their motivations to host this event with the thematic of Zero Waste. Here’s what they shared:

1. What was your thinking behind doing a Startup Weekend, Zero Waste edition? What did you want to achieve?

I saw a lot of Startup Weekends and love the people, the state of mind and the magic happening there. But despite the fact that we are at the heart of the innovation, I saw few projects and people deeply concerned about sustainable development. I wanted to help changing that, so we formed a team of awesome organizers and we built this edition.

“Zero Waste” is a concept that most people understand immediately, it’s a fast growing movement, and a perfect way to get people concretely interested in sustainable development.

Behind the Zero Waste philosophy there is a new way of consuming and living. This more sustainable way needs a new sector full of initiatives and businesses that starts to flourish : the circular economy sector. We deeply believe that there is a lot of business opportunities coming with the rise of circular economy. We wanted to help people and projects going in this sustainable direction.

2. How did you ensure that the theme of circular economy and zero waste was a philosophy throughout your event?

We started by making this event zero waste itself ! The idea was to show that it is possible to have an entire event hosting more than 100 people without producing almost any waste.

We then tried to involve participants in this, explaining it to them in advance and asking them to take their own pens and their own cloth table-napkin, because we won’t provide disposable ones. We also explained a bit more the concept of circular economy, and made a conference about it a week before the SW.

Finally we looked for sponsors that have real interest in sustainable development, because for now almost all companies practice green washing, but very few started to take the problem seriously.

3. What was your highlight from the weekend? What was most challenging?

We were very happy to see the quality of the ideas on the Friday night’s pitchs. All the ideas proposed by the participants were also totally in the circular economy philosophy.

The participants were very interested about sustainable development and the projects developed during the weekend were highly qualitative. I found it awesome to gather in the same place a lot of people and energies interested in the same goal.

Everything went very well, and we didn’t really had challenging parts at the end, even washing the dishes in team for 100 people was quite fun!

4. Do you have any top tips / best practices for anyone who is keen to host a more environmentally-friendly Startup Weekend?

Of course 🙂 Regardless of the Startup Weekend’s theme, you can organize a Techstars Startup Weekend without generating almost any waste. For us it was actually easier than I thought.

I wrote an article with more information about how we did it, and am available to help or to receive more tips. 2 coming Parisian Techstars Startup Weekends will already adopt a zero waste approach to their organization, and I hope much more will go the same way afterwards.

For sure we’ll organize a second edition of Techstars Startup Weekend Zero Waste in Paris, and I hope that others cities will tackle the same theme full of potential!

If you want to organize a Techstars Startup Weekend event, apply here.








France Continues Booming in the European Entrepreneurial Scene

Paris has a growing tech ecosystem fueled by the strength of its startup community.

With the support of government entities, academia and the investment community, it seems like the once “old-school” city is aiming to become the top tech startup scene in Europe. According to tech.co, last year, Paris overtook Berlin in the European Digital City Index (EDCI) rankings of best tech startup city, making it 6th place in the world.

During the weekend of July 8th, the organizing team of Startup Weekend Paris held an event focused on food. During 54 hours, more than 100 participants – designers, engineers, programmers and industry experts – created and developed products and services to disrupt this industry. The coaches and judges praised the teams’ work and the incredible progress made during the event.

startup-weekend-paris-food

One of the teams, Happyculteur, wants to develop a beekeeper community to make the purchase of local honey more accessible to buyers. Another team, La Brigade Culinaire, seeks to create a space within restaurants (that close on Sunday) to give young chef teams the opportunity to learn and provide service to clients. These two startups created during the Paris Startup Weekend hold the potential that in the future, they may become a success story such as Snips, a very well-know Paris based artificial intelligence startup that has raised more than $6.3 Million USD.

Right now, the capital has 5,000 startups (compared to 1,000 in 2011) and is adding 1,000+ startups every year, as well as hosting more than 40 accelerators. Paris is planning to host the largest incubator in Europe by 2017, a project being run on both public and private investment. Other French cities that are emerging on the entrepreneurial landscape include Toulouse, Lille, Nantes, Lyon, Grenoble, Bordeaux, Nice and Montpellier. On a local level, the current education system in France is even becoming more focused on entrepreneurship and leadership, which is a paradigm shift for French culture. 

We are excited to watch the French entrepreneurial scene bloom over the next few years with the help of our community and all actors across the ecosystem.








La bonne façon d’aborder un Startup Weekend en tant que développeur

A l’occasion de 1er StartupWeekend Tours, j’ai rencontré Rodrigo Reyes, un développeur passionné par le code et par les startps.

Rodrigo Reyes
Rodrigo Reyes

Rodrigo a longtemps travaillé dans des startups ainsi que dans de grosses sociétés plus traditionnelles, comme développeur, chef de projet, ou architecte, avant se lancer dans l’entrepreneuriat.
Aujourd’hui il travaille comme CTO dans une petite société d’édition de logiciel.
Rodrigo a participé a 2 StartupWeekend à Tours en tant que développeur et il a également fait de présentations pour aider les développeurs à mieux se préparer avant un Startupweekend.
(Ici ses slides.)
Rodrigo a gentiment accepté de répondre à quelques questions.

Startupwekend Orléans : Pourquoi as-tu choisi de participer à un StatupWeekend ? 
Rodrigo Reyes : Essentiellement pour le côté “hackathon”, c’est-à-dire une période finie assez intensive de création collaborative, ce qui est toujours très stimulant, mais aussi pour la bonne ambiance, l’adrénaline permanente et l’exercice collectif de définition d’un business-model. Même si l’idée de base du projet dans lequel on se retrouve s’avère parfois saugrenue à tête reposée, ou juste très compliquée du point de vue de son exploitation commerciale et/ou de sa rentabilité, le fait de pousser à son maximum la réflexion entrepreneuriale pour essayer d’en tirer quelque chose de valide et cohStartupWeekend toursérent reste un exercice extrêmement intéressant. De plus, le faire collectivement avec des gens avec qui on n’a pas l’habitude de travailler, ou qui naviguent habituellement dans des sphères très différentes est un enrichissement supplémentaire.

SWO : Comment décrirais tu le concept StartupWeekend du point de vue d’un développeur ?
RR : Pour un développeur, un Startup Weekend est un exercice à la fois enthousiasmant et très compliqué, car c’est un événement essentiellement orienté business et création d’entreprise, et non pas purement technique. La développeur, ainsi que le designer, ne sont pas au centre de l’événement, d’ailleurs certains projets présentés à la fin ne sont guère plus que des slides agrémentés d’un pitch/show du porteur de projet, la partie technique et le design étant finalement là pour l’effet “wow” et pour aider l’audience à mieux comprendre le projet. Dans la plupart des cas, c’est le potentiel business qui est le principal élément jugé, et c’est une orientation assumée.

Malgré ça, même si j’encourage bien sûr les organisateurs de startup weekends à mieux équilibrer la partie design et développement technique (par des prix dédiés par exemple), ça ne doit pas surtout empêcher les développeurs de participer, au contraire: d’abord parce que l’exercice et le networking valent largement le déplacement, mais également parce que, même si la technique n’est pas le critère déterminant pour l’accès au podium, elle reste la démonstration d’un point essentiel: celle que l’équipe est performante et complémentaire, qu’elle a une capacité à livrer (au moins un prototype !), et qu’elle est capable de bootstrapper (c’est-à-dire démarrer sans aide ou capital extérieur).

SWO : Quels particularités pour un développeur vs autre profils ?
RR : Il ne devrait pas y avoir beaucoup de particularité, mis à part qu’il est celui qui participe à l’implémentation technique du projet, et qui évalue et valide techniquement les différentes idées.
La particularité d’une start-up en démarrage, c’est l’effacement du cloisonnement des fonctions. Les développeurs ne doivent surtout pas être là comme des exécutants, et ne doivent pas être considérés comme tels: ils doivent participer comme les autres aux réflexions sur les fonctionnalités et le business model; ils doivent contribuer comme les autres aux brainstormings et aux sessions d’élaborations, même si à un moment donné il faut bien évidemment se mettre à son poste et faire l’implémentation technique.
Un cas particulier est celui du développeur qui porte un projet: il ne fait généralement pas de développement, et s’il en fait c’est probablement une mauvaise idée, car il doit avancer sur le business model, valider les hypothèses, faire les prévisionnels, etc.
Mais c’est justement l’intérêt du SWE pour un développeur: faire partie d’une équipe en toute polyvalence.

SWO : Quel KIT de survie pour un développeur lors d’un StartupWeekend ?

RR : Sur le plan technique, le SWE, comme toutes les saveurs de hackathons, est un challenge puisqu’il met en oeuvre une partie que les développeurs font finalement assez peu: le démarrage d’un projet “from scratch”. Beaucoup de développeurs travaillent sur des projets en maintenance, sur du logiciel qui existait avant qu’ils n’arrivent. Et lorsqu’ils démarrent des projets, ils travaillent plusieurs mois ou plusieurs années dessus. Tout ça fait que démarrer un nouveau projet n’est généralement pas une activité habituelle, et comme toute activité qu’on pratique rarement, ça prend toujours beaucoup plus de temps que prévu.

Le kit de survie est donc simple: avoir un ordinateur portable bien préparé et bien configuré avec les outils auxquels on est habitués, être prêt à travailler dans des conditions avec un réseau difficile (ne pas hésiter à prendre son téléphone et l’utiliser comme modem si c’est le cas), et bien dormir avant.

SWO : Quels outils utiliser ? Quel est la meilleur approche ?
RR : La meilleure approche à mon sens consiste à accepter le fait qu’on travaille sur une période de temps extrêmement restreinte, et qu’il est parfois impossible de faire mieux qu’un prototype bricolé qui tient avec du scotch et de la ficelle. Mais même bricolé, si le prototype démontre le produit, alors l’objectif est atteint.
Au niveau des outils, il faut donc surtout utiliser ceux qui permettent d’aller très vite, et de ne pas perdre trop de temps sur la conception: vu les conditions dans lesquelles on travaille, si jamais le projet se poursuit après le week-end, la meilleure chose à faire est de jeter le prototype et de repartir sur de bonnes bases: on n’utilise pas un code réalisé dans l’urgence et l’adrénaline, avec une bonne couche de carence de sommeil comme base pour un projet sérieux; et de toute façon ça va généralement assez vite de le refaire.
De bons outils pour démarrer: utiliser des générateurs comme Yeoman pour avoir une base opérationnelle, ou au moins prendre des boilerplates sur github, et ne pas hésiter à utiliser des services de BAAS (back-end as a service) comme parse.com ou strongloop. Même s’ils sont simple à utiliser, il vaut mieux se familiariser avec avant le weekend, afin d’être immédiatement opérationnel sur le projet.

SWO : Un conseil pour les futurs participants développeurs ?
RR : Avant d’intégrer définitivement une équipe, je recommanderais de discuter avec les autres développeurs qui la compose afin de vérifier qu’il y a compatibilité technique: j’ai vu une fois un participant ne pas revenir le samedi matin parce qu’il était le seul développeur .Net dans une équipe purement Java; mais aussi pour vérifier qu’il y a un peu de complémentarité (ne pas avoir un seul développeur front-end, par exemple, c’est évidemment dommage). Aussi, ne pas hésiter à se mélanger (plutôt que de rester avec les personnes qu’on connait), et ne pas céder au biais typique des projets qui ne sont pas bien pensés au niveau business: la course à l’échalote des fonctionnalités en pensant qu’un produit pléthorique peut pallier à un business model faible. Il faut donc bien se concentrer sur le MVP, et faire prendre conscience à l’équipe, lorsque ça n’est pas déjà le cas, qu’un MVP trop volumineux n’est pas seulement une charge injuste sur les épaules des développeurs et un risque important pour l’objectif, c’est aussi le plus souvent le signe fort d’une déficience au niveau de la définition du produit et de son business model.

J’oserai également un conseil pour les futur non-participants: beaucoup d’étudiants ou de développeurs hésitent à s’inscrire par timidité ou par peur de “ne pas être à la hauteur”, je les encourage vivement à mettre de côté leurs hésitations et à se lancer, parce que c’est justement l’intérêt du SWE que de sortir de sa zone de confort et de se dépasser, pas seulement dans son domaine de prédilection.

Vous n’avez pas encore acheté votre billet ??? Vite, vite, il reste quelques places ! Inscription ICI 

 








Startup Weekend Education's Innovator of the Month: Thibaut Labarre

Thibaut Labarre is the Startup Weekend Education’s Innovator of the month!

When Thibaut lived in France, he was involved in a movement for students to innovate the way they were taught. Doing that, he discovered that Startup Weekend had an education vertical and was scaling that vertical across the world. He crossed the Atlantic Ocean from France to become a student in Natural Language Processing at the University of Washington. He is now a developer at Amazon’s customer service and volunteers as a Startup Weekend Education organizer in Seattle, WA!

ThibautLabarre_TEDxYouthSeattle

Check out his TED Talk at TEDxYouthSeattle – “Let’s Become the Mutagenic Agents Education Needs”